< Retour aux actualités

L’insuline est une hormone importante qui contrôle de nombreux processus biologiques au sein de notre organisme. Des « dérèglements » dans ses fonctions initiales, principalement dus à notre mode de vie moderne, peuvent être à l’origine de nombreuses pathologies.

 

Le phénomène de résistance à l’insuline, dans lequel nos cellules ne répondent plus correctement à son action hormonale, est extrêmement répandu. Dans les faits, plus de 32,2% de la population Américaine serait touchée par ce dérèglement métabolique.

Selon les estimations, ce nombre peut atteindre dans les populations d’obèses:  44% des femmes et 33% des enfants et des adolescents.

Néanmoins, de simples mesures d’hygiène de vie peuvent considérablement améliorer cette situation délétère.

L’insuline

L’insuline est une hormone sécrétée par notre pancréas, son rôle principal est de réguler la quantité de nutriments circulant dans le sang.

Bien qu’elle soit principalement impliquée dans la gestion de la glycémie (taux de glucose dans le sang), elle intervient également dans le métabolisme des lipides et des protéines.

Lors d’un repas contenant des « sucres », la quantité de glucose sanguin augmente, les cellules pancréatiques détectent cette augmentation et libèrent de l’insuline dans la circulation sanguine incitant nos cellules à « consommer » le glucose (source d’energie). Ce processus entraîne donc une réduction de la glycémie. Celle-ci ,si elle devient particulièrement élevée peut avoir des effets toxiques, pouvant provoquer de graves conséquences pour notre santé et pouvant même entraîner la mort si elle n’est pas maitrisée et/ou traitée.

Il se trouve que dans certaines conditions les cellules cessent parfois de «répondre» correctement à l’insuline: c’est le phénomène de résistance à l’insuline.

Dans cette situation particulière, notre pancréas produit encore plus d’insuline pour abaisser notre taux de glucose sanguin conduisant à élever de façon anormale le taux d’insuline dans le sang, c’est l’hyperinsulinémie.

Au fil du temps, nos cellules peuvent devenir de plus en plus résistantes à l’insuline et amplifier de façon très dangereuse ce phénomène. Au Final, notre pancréas peut être endommagé entraînant, par conséquent, une diminution de la production d’insuline.

Lorsque la glycémie dépasse un certain seuil, il est probable qu’un diabète de type 2 soit diagnostiqué.

La résistance à l’insuline est la principale cause de cette maladie commune qui touche environ 9% des personnes dans le monde.

Résistance vs sensibilité

La résistance et la sensibilité à l’insuline sont les deux faces d’une même pièce:

Si nous sommes « résistant » à l’insuline, notre sensibilité est faible. À l’inverse, si nous y sommes « sensible », c’est notre résistance qui est faible.

Si la résistance à l’insuline est nocive pour la santé, sa sensibilité y est bénéfique.

RÉSUMÉ: La résistance à l’insuline se produit lorsque nos cellules cessent de répondre à cette hormone. Cela entraîne une augmentation des taux d’insuline et de glucose dans le sang, pouvant conduire au diabète de type 2.

Qu’est-ce qui cause la résistance à l’insuline?

De nombreux facteurs y contribuent :

• Le taux important de « graisses » dans le sang

De nombreuses études montrent que des quantités élevées d’acides gras libres dans le sang empêchent les cellules de réagir correctement à l’insuline.La principale cause de l’augmentation de ces acides gras libres est la suralimentation et l’excès de graisse corporelle. Dans les faits, le surpoids et l’ obésité sont fortement associés à la résistance à l’insuline. La graisse viscérale (au niveau du ventre) qui s’accumule autour de nos organes, peut libérer de nombreux acides gras libres dans la circulation sang, ainsi que des hormones inflammatoires qui favorisent cette résistance.Il faut noter que, bien qu’elle soit plus fréquente chez les personnes en excès de poids, celles ayant un poids faible ou normal sont également susceptibles de développer cette résistance à l’insuline.

Les autres causes potentielles de résistance à l’insuline :

• Le fructose

Un apport élevé en fructose (provenant du sucre ajouté et non de fruits) a été associé à la résistance à l’insuline chez le rat et l’homme. 

• L’Inflammation

L’augmentation du stress oxydatif et de l’inflammation dans notre organisme peut entraîner cette pathologie.

• L’inactivité

L’activité physique augmente la sensibilité à l’insuline, tandis que l’inactivité provoque sa résistance. 

• Le microbiote intestinal

Les études suggèrent qu’une perturbation de l’environnement bactérien dans nos intestins peut provoquer une inflammation qui exacerbe la résistance à l’insuline ainsi que d’autres problèmes métaboliques.

De plus, divers facteurs génétiques et sociaux peuvent y contribuer. Les populations noires, hispaniques et asiatiques courent un risque particulièrement élevé.

RÉSUMÉ: Les principales causes de résistance à l’insuline sont liées à une surconsommation alimentaire et une augmentation de la graisse corporelle, en particulier viscérale. Les autres facteurs sont un apport élevé en sucre, l’inflammation, l’inactivité et la génétique.

Comment savoir si vous êtes résistant à l’insuline?

Votre médecin dispose de plusieurs « indicateurs » pour déterminer si vous êtes résistant à l’insuline:

– Des niveaux élevés d’insuline à jeun sont des indicateurs puissants de cette situation. Un test assez précis appelé HOMA estime le niveau de résistance à l’insuline à partir de notre glycémie et de nos niveaux d’insuline. Il existe également des moyens de mesurer plus directement le contrôle de la glycémie, comme le test oral de tolérance au glucose. 

– Le risque de résistance à l’insuline augmente considérablement si nous sommes en excès de poids ou obèse, en particulier si nous avons une grande quantité de graisse abdominale.

– Une affection cutanée appelée acanthosis nigricans, entrainant des taches sombres sur la peau, peut également indiquer une résistance à l’insuline.

– Un faible taux de cholestérol HDL et des triglycérides dans le sang sont deux autres marqueurs fortement associés à cette maladie.

RÉSUMÉ: Des taux élevés d’insuline et de glucose dans le sang sont les principaux symptômes de la résistance à l’insuline. Les autres symptômes sont un excès de graisse viscérale, des taux sanguins de triglycérides élevés et un faible taux de cholestérol HDL.

La résistance à l’insuline caractérise deux affections très courantes: le syndrome métabolique et le diabète de type 2.

Le syndrome métabolique regroupe un certains nombre de facteurs de risques, en particulier ceux associés au diabète de type 2, et aux maladies cardio-vasculaires. On l’appelle parfois syndrome de résistance à l’insuline, car il est étroitement lié à ce dysfonctionnement. Ses « indicateurs » incluent également:

– Un niveau élevé de triglycérides dans le sang, 

– l’hypertention,

– Le surpoids et/ou l’obésité,

– L’hyperglycémie,

– Un faible taux de cholestérol HDL

Nous pouvons prévenir le syndrome métabolique et le diabète de type 2 en stoppant le développement de cette résistance à l’insuline.

RÉSUMÉ: La résistance à l’insuline est liée au syndrome métabolique et au diabète de type 2 qui figurent parmi les plus importants problèmes de santé au monde.

Impact sur la santé cardio-vasculaire

La résistance à l’insuline est fortement associée aux maladies cardio-vasculaires qui sont la principale cause de décès dans le monde. En réalité, les personnes présentant une résistance à l’insuline ou un syndrome métabolique courent un risque de maladie cardiaque jusqu’à 93% plus élevé.

De nombreuses autres maladies, y compris la stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD), le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), la maladie d’Alzheimer et le cancer, sont également liées à la résistance à l’insuline. 

RÉSUMÉ: La résistance à l’insuline est liée à diverses pathologies, notamment les maladies cardiaques, la NAFLD, le SOPK, la maladie d’Alzheimer et le cancer

Comment réduire la résistance à l’insuline

Il est assez facile de la réduire et,fait intéressant, nous pouvons (souvent) complètement inverser cette situation en modifiant notre hygiène de vie de manières suivantes:

Faire de l’exercice

L’activité physique peut être le moyen le plus simple d’améliorer sa sensibilité à l’insuline et ses effets sont presque immédiats .

Perdre la La graisse viscérale 

Il est essentiel de cibler la graisse accumulée autour de nos principaux organes par le biais d’exercices et d’autres méthodes (objet d’un prochain article).

Arrêter de fumer

Le tabagisme peut entraîner une résistance à l’insuline. Arrêter de fumer devrait donc aider à lutter contre ce phénomène

Réduire la consommation de sucre

Essayez de réduire votre consommation de sucres ajoutés, en particulier de boissons sucrées.

Adopter une bonne alimentation

Adoptez un régime alimentaire basé principalement sur des aliments entiers non transformés. Y Inclure les noix et les poissons gras.

Consommer des acides gras Omega-3

Ces acides gras essentiels peuvent réduire la résistance à l’insuline, ainsi que le niveau de triglycérides dans le sang.

Prendre des compléments

La berbérine, un alcaloïde produit par certains végétaux,  peut augmenter la sensibilité à l’insuline et réduire la glycémie. Des compléments de magnésium peuvent également être utiles.

Gérer son Sommeil

Certaines études suggèrent qu’un manque de sommeil engendre une résistance à l’insuline. Il serait donc utile d’en améliorer sa qualité.

Réduire le stress

Essayez de gérer votre niveau de stress si vous êtes facilement dépassé. La méditation peut être particulièrement utile.

Donner du sang

Des taux élevés de fer dans le sang sont également  liés à la résistance à l’insuline. Pour les hommes et les femmes ménopausées, le don de sang (avec avis médical) peut améliorer la sensibilité à l’insuline.

Jeûner…évidemment!

Qu’il soit « long » ou intermittent, cette pratique « d’hygiène de vie » peut améliorer significativement la sensibilité à l’insuline.

Il faut souligner que l’ensemble des éléments de cette liste favorise également une bonne santé générale, une augmentation de la durée de vie et une protection efficace contre les maladies.

RÉSUMÉ: La résistance à l’insuline peut être réduite, voire inversée, avec des mesures d’hygiène de vie assez simples à mettre en oeuvre : l’exercice physique, une alimentation saine et la gestion du stress (1).
 

La résistance à l’insuline peut être l’un des principaux facteurs de nombreuses maladies chroniques, sinon de la plupart d’entre elles.

La prévention de la résistance à l’insuline peut être l’un des moyens les plus efficaces de vivre plus longtemps et en meilleure santé.

(1) Ces 3 éléments que les études scientifiques mettent en avant ne représentent, ni plus, ni moins, que les 3 piliers fondamentaux de la Naturopathie!

Sources:

Minerva Endocrinol. 2012 Sep;37(3):247-54.
Prevalence of metabolic syndrome and insulin resistance in overweight and obese women according to the different diagnostic criteria.
Kocełak P1, Chudek J, Olszanecka-Glinianowicz M.

Diabetes. 1998 Oct;47(10):1643-9.
Prevalence of insulin resistance in metabolic disorders: the Bruneck Study.
Bonora E1, Kiechl S, Willeit J, Oberhollenzer F, Egger G, Targher G, Alberiche M, Bonadonna RC, Muggeo M.

Arch Dis Child. 2005 Jan;90(1):10-4.
Prevalence of the insulin resistance syndrome in obesity.
Viner RM1, Segal TY, Lichtarowicz-Krynska E, Hindmarsh P.

Diabetes. 2005 Jun;54(6):1640-8.
Dose-response effect of elevated plasma free fatty acid on insulin signaling.
Belfort R1, Mandarino L, Kashyap S, Wirfel K, Pratipanawatr T, Berria R, Defronzo RA, Cusi K.

Diabetologia. 1995 Oct;38(10):1213-7.
A high concentration of fasting plasma non-esterified fatty acids is a risk factor for the development of NIDDM.
Paolisso G1, Tataranni PA, Foley JE, Bogardus C, Howard BV, Ravussin E.

Lipids Health Dis. 2007; 6: 18.
Published online 2007 Jul 24. doi: 10.1186/1476-511X-6-18Intramyocellular lipid kinetics and insulin resistance
ZengKui Guo

Diabetes Care. 2001 May;24(5):933-41.
Skeletal muscle triglyceride. An aspect of regional adiposity and insulin resistance.
Kelley DE1, Goodpaster BH.

J Biol Chem. 2002 Dec 27;277(52):50230-6. Epub 2002 Nov 14.
Mechanism by which fatty acids inhibit insulin activation of insulin receptor substrate-1 (IRS-1)-associated phosphatidylinositol 3-kinase activity in muscle.
Yu C1, Chen Y, Cline GW, Zhang D, Zong H, Wang Y, Bergeron R, Kim JK, Cushman SW, Cooney GJ, Atcheson B, White MF, Kraegen EW, Shulman GI.

Am J Physiol Endocrinol Metab. 2013 Dec;305(12):E1521. doi: 10.1152/ajpendo.00580.2013.
Impaired glucose tolerance in low-carbohydrate diet: maybe only a physiological state.
Caminhotto Rde O1, Lima FB.

J Am Coll Nutr. 2013;32(1):11-7. doi: 10.1080/07315724.2013.767630.
Improvements in glucose metabolism and insulin sensitivity with a low-carbohydrate diet in obese patients with type 2 diabetes.
Krebs JD1, Bell D, Hall R, Parry-Strong A, Docherty PD, Clarke K, Chase JG.

J Am Coll Nutr. 2004 Apr;23(2):177-84.
Comparison of a very low-carbohydrate and low-fat diet on fasting lipids, LDL subclasses, insulin resistance, and postprandial lipemic responses in overweight women.
Volek JS1, Sharman MJ, Gómez AL, DiPasquale C, Roti M, Pumerantz A, Kraemer WJ.

Diabetologia. 2005 Jan;48(1):8-16. Epub 2004 Dec 23.
Comparison of high-fat and high-protein diets with a high-carbohydrate diet in insulin-resistant obese women.
McAuley KA1, Hopkins CM, Smith KJ, McLay RT, Williams SM, Taylor RW, Mann JI.

Nutr Metab (Lond). 2005; 2: 34.
Published online 2005 Dec 1. doi: 10.1186/1743-7075-2-34A low-carbohydrate, ketogenic diet to treat type 2 diabetes
William S Yancy, Jr Marjorie Foy,1 Allison M Chalecki,1 Mary C Vernon,3 and Eric C Westman2

In-Depth Review: Excess Adiposity and Disease
Review Article
Intermittent fasting vs daily calorie restriction for type 2 diabetes prevention: a review of human findings
Adrienne R.BarnoskyaKristin K.HoddybTerry G.UntermanaKrista A.Varady

Am J Gastroenterol. 2007 Jun;102(6):1251-8. Epub 2007 Mar 27.
Iron depletion by phlebotomy improves insulin resistance in patients with nonalcoholic fatty liver disease and hyperferritinemia: evidence from a case-control study.
Valenti L1, Fracanzani AL, Dongiovanni P, Bugianesi E, Marchesini G, Manzini P, Vanni E, Fargion S.

Ann N Y Acad Sci. 2002 Jun;967:342-51.
Effect of iron depletion on cardiovascular risk factors: studies in carbohydrate-intolerant patients.
Facchini FS1, Saylor KL.

Diabetes Care. 2004 Oct;27(10):2422-8.
Serum ferritin and risk of the metabolic syndrome in U.S. adults.
Jehn M1, Clark JM, Guallar E.

Oxid Med Cell Longev. 2015; 2015: 181643.
Published online 2015 Jul 14. doi: 10.1155/2015/181643Molecular Events Linking Oxidative Stress and Inflammation to Insulin Resistance and β-Cell Dysfunction

Diabetes. 2010 Jan;59(1):172-81. doi: 10.2337/db09-0367. Epub 2009 Sep 30.
Experimental endotoxemia induces adipose inflammation and insulin resistance in humans.
Mehta NN1, McGillicuddy FC, Anderson PD, Hinkle CC, Shah R, Pruscino L, Tabita-Martinez J, Sellers KF, Rickels MR, Reilly MP.

Arch Intern Med. 2006 Jun 12;166(11):1218-24.
Effects of a randomized controlled trial of transcendental meditation on components of the metabolic syndrome in subjects with coronary heart disease.
Paul-Labrador M1, Polk D, Dwyer JH, Velasquez I, Nidich S, Rainforth M, Schneider R, Merz CN.

J Clin Invest. 2000 Aug 15; 106(4): 453–458.
Insulin resistance and cardiovascular disease
Henry N. Ginsberg

Nutrients. 2013 Mar; 5(3): 829–851.
Published online 2013 Mar 12. doi: 10.3390/nu5030829
The Role of Gut Microbiota on Insulin Resistance
Andrea M. Caricilli1 and Mario J. A. Saad2,*

Am J Epidemiol. 1996 Feb 15;143(4):323-32.
Genetic and environmental influences on insulin levels and the insulin resistance syndrome: an analysis of women twins.
Mayer EJ1, Newman B, Austin MA, Zhang D, Quesenberry CP Jr, Edwards K, Selby JV.

J Nutr. 2012 Feb;142(2):251-7. doi: 10.3945/jn.111.150219. Epub 2011 Dec 21.
Greater fructose consumption is associated with cardiometabolic risk markers and visceral adiposity in adolescents.
Pollock NK1, Bundy V, Kanto W, Davis CL, Bernard PJ, Zhu H, Gutin B, Dong Y.

Acta Clin Belg. 2003 Nov-Dec;58(6):335-41.
Pathophysiology of type 2 diabetes.
Scheen AJ1.

CNS Drugs. 2003;17(1):27-45.
The role of insulin resistance in the pathogenesis of Alzheimer's disease: implications for treatment.
Watson GS1, Craft S.

Diabetes. 2010 Sep;59(9):2164-70. doi: 10.2337/db10-0162. Epub 2010 Jun 14.
Short-term overfeeding may induce peripheral insulin resistance without altering subcutaneous adipose tissue macrophages in humans.
Tam CS1, Viardot A, Clément K, Tordjman J, Tonks K, Greenfield JR, Campbell LV, Samocha-Bonet D, Heilbronn LK.

Why Visceral Fat is Bad: Mechanisms of the Metabolic Syndrome
Richard N. Bergman Stella P. Kim Karyn J. Catalano Isabel R. Hsu … See all authors

Short-Term Overeating Induces Insulin Resistance in Fat Cells in Lean Human Subjects
Anna Danielsson,1 Siri Fagerholm,1 Anita Öst,1 Niclas Franck,1,3 Preben Kjolhede,2 Fredrik H Nystrom,3 and Peter Strålfors1

Am J Physiol Endocrinol Metab. 2008 Mar;294(3):E568-75. doi: 10.1152/ajpendo.00560.2007. Epub 2008 Jan 2.
Development of hyperinsulinemia and insulin resistance during the early stage of weight gain.
Erdmann J1, Kallabis B, Oppel U, Sypchenko O, Wagenpfeil S, Schusdziarra V.

Arch Intern Med. 2003 Feb 24;163(4):427-36.
The metabolic syndrome: prevalence and associated risk factor findings in the US population from the Third National Health and Nutrition Examination Survey, 1988-1994.
Park YW1, Zhu S, Palaniappan L, Heshka S, Carnethon MR, Heymsfield SB.

Nutr Metab (Lond). 2005 Feb 21;2(1):5.
Fructose, insulin resistance, and metabolic dyslipidemia.
Basciano H1, Federico L, Adeli K.

J Clin Invest. 2009 May;119(5):1322-34. doi: 10.1172/JCI37385. Epub 2009 Apr 20.
Consuming fructose-sweetened, not glucose-sweetened, beverages increases visceral adiposity and lipids and decreases insulin sensitivity in overweight/obese humans.

Diabetes Care. 2013 Jun;36(6):1789-96. doi: 10.2337/dc12-1235.
Ethnic differences in the relationship between insulin sensitivity and insulin response: a systematic review and meta-analysis.
Kodama K1, Tojjar D, Yamada S, Toda K, Patel CJ, Butte AJ.

Diabetes. 1996 Jun;45(6):742-8.
Increased insulin resistance and insulin secretion in nondiabetic African-Americans and Hispanics compared with non-Hispanic whites. The Insulin Resistance Atherosclerosis Study.
Haffner SM1, D'Agostino R, Saad MF, Rewers M, Mykkänen L, Selby J, Howard G, Savage PJ, Hamman RF, Wagenknecht LE, et al.

Diabetes Care. 2005 Jul;28(7):1769-78.
Risks for all-cause mortality, cardiovascular disease, and diabetes associated with the metabolic syndrome: a summary of the evidence.
Ford ES1.

Curr Pharm Des. 2010 Jun;16(17):1941-51.
Insulin resistance in nonalcoholic fatty liver disease.
Bugianesi E1, Moscatiello S, Ciaravella MF, Marchesini G.

Diabetes Care. 2003 Mar;26(3):944-5.
Does exercise without weight loss improve insulin sensitivity?
Ross R.

J Endocrinol. 2013 Apr 15;217(2):175-84. doi: 10.1530/JOE-12-0559. Print 2013 May.
Acute psychological stress results in the rapid development of insulin resistance.
Li L1, Li X, Zhou W, Messina JL.

Exp Diabetes Res. 2012;2012:789174. doi: 10.1155/2012/789174. Epub 2012 Jun 4.
Insulin resistance and cancer risk: an overview of the pathogenetic mechanisms.
Arcidiacono B1, Iiritano S, Nocera A, Possidente K, Nevolo MT, Ventura V, Foti D, Chiefari E, Brunetti A.

Int J Sports Med. 2000 Jan;21(1):1-12.
Exercise and insulin sensitivity: a review.
Borghouts LB1, Keizer HA.

J Clin Endocrinol Metab. 2010 Jun;95(6):2963-8. doi: 10.1210/jc.2009-2430. Epub 2010 Apr 6.
A single night of partial sleep deprivation induces insulin resistance in multiple metabolic pathways in healthy subjects.
J Intern Med. 1993 Apr;233(4):327-32.

Smoking induces insulin resistance--a potential link with the insulin resistance syndrome.
Attvall S1, Fowelin J, Lager I, Von Schenck H, Smith U.

Physiol Res. 2014;63 Suppl 1:S93-118.
The effect of n-3 fatty acids on glucose homeostasis and insulin sensitivity.
Flachs P1, Rossmeisl M, Kopecky J.

Diabetes Care. 2004 Jan;27(1):134-40.
Magnesium intake and risk of type 2 diabetes in men and women.
Lopez-Ridaura R1, Willett WC, Rimm EB, Liu S, Stampfer MJ, Manson JE, Hu FB.

Reprod Nutr Dev. 2004 May-Jun;44(3):289-99.
N-3 long chain polyunsaturated fatty acids: a nutritional tool to prevent insulin resistance associated to type 2 diabetes and obesity?
Delarue J1, LeFoll C, Corporeau C, Lucas D.

Int J Endocrinol. 2015;2015:905749. doi: 10.1155/2015/905749. Epub 2015 Mar 11.
Application of berberine on treating type 2 diabetes mellitus.
Pang B1, Zhao LH2, Zhou Q3, Zhao TY1, Wang H1, Gu CJ1, Tong XL1.